CANAFE fournit d’autres indicateurs de blanchiment d’argent associés à la traite de personnes à des fins d’exploitation sexuelle à l’appui du projet Protect

En cette Journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains, CANAFE a publié sa plus récente Alerte opérationnelle, Indicateurs actualisés : Recyclage de produits provenant de la traite de personnes à des fins d’exploitation sexuelle. À la suite d’une analyse stratégique de ses renseignements financiers produits depuis le lancement du projet Protect et élaborés en consultation avec la BMO et les autres grandes institutions financières du Canada ainsi que la Gendarmerie royale du Canada, ces indicateurs supplémentaires visent à aider davantage les entreprises à reconnaître et à déclarer à CANAFE les opérations financières soupçonnées d’être liées au recyclage de fonds associés à la traite de personnes à des fins d’exploitation sexuelle.

La déclaration d’opérations douteuses est essentielle aux analyses du Centre et aux renseignements financiers qu’il est en mesure de produire à l’appui des enquêtes sur le blanchiment d’argent menées par les services de police et les organismes d’application de la loi du Canada. En suivant l’argent, CANAFE est en mesure d’aider la police et les organismes d’application de la loi à identifier et à cibler les auteurs de ce crime horrible.

Lancé en 2016 sous la forme d’un partenariat public-privé novateur, le projet Protect est un élément important de la Stratégie nationale de lutte contre la traite des personnes : 2019-2024 du gouvernement du Canada, et joue un rôle clé en aidant à protéger et à secourir certains des citoyens les plus vulnérables du Canada.

Citations

« En étroite collaboration avec les institutions financières et les organismes d’application de la loi du Canada, CANAFE met à profit le pouvoir du renseignement financier pour aider à identifier les auteurs – et les réseaux plus vastes – liés à ces actes épouvantables. Le projet Protect est un exemple clair et concret du rôle essentiel que joue le Régime canadien de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des activités terroristes pour protéger la sécurité des Canadiens et l’intégrité du système financier canadien. »

Sarah Paquet, directrice et présidente-directrice générale, CANAFE

« En tant que survivante de la traite de personnes, j’ai travaillé en étroite collaboration avec les institutions financières pour les aider à comprendre le rôle essentiel qu’elles jouent dans l’éradication de ce crime odieux dans notre société. Cette nouvelle publication m’a donné de l’espoir pour l’avenir. Lorsque les gouvernements et le secteur financier travaillent ensemble pour lutter contre le crime, ils obtiennent des résultats! La traite de personnes est essentiellement une affaire d’argent – si nous pouvons perturber les flux d’argent et gêner les criminels, ils cesseront de détruire la vie de nos proches pour les générations à venir. »

Timea Nagy, survivante et principale défenseuse des victimes de la traite de personnes

« Depuis le début du partenariat dirigé par BMO avec CANAFE en 2016, BMO ainsi que nos partenaires des services financiers, ont apprécié l’impact que nous pouvons avoir en fournissant aux organismes d’application de la loi des renseignements significatifs nécessaires pour détecter la traite de personnes. L’ampleur des répercussions sociales de ces crimes continue d’avoir des implications dans nos communautés à l’échelle mondiale, et nos unités de renseignements financiers demeurent déterminées et passionnées par nos efforts pour partager des renseignements essentiels qui réduiront ces crimes dans le cadre du projet Protect. »

Mandy Ramlow, Banque de Montréal, directrice générale de la cellule de renseignement financier nord-américaine

« La traite de personnes est un problème mondial qui exige des solutions à la fois nationales et internationales. La GRC appuie la Stratégie nationale de lutte contre la traite de personnes du gouvernement du Canada et reste déterminée à lutter contre la traite de personnes en collaboration avec les gouvernements et organismes fédéraux, provinciaux et territoriaux, les organisations non gouvernementales et les partenaires de l’application de la loi. »

Surintendant Kim Taplin, directeur, Services nationaux de prévention du crime et de police autochtone, GRC

Faits en bref

Produits connexes

Lien connexe

– 30 –

Contacts

Relations avec les médias
Centre d’analyse des opérations et déclarations financières
du Canada613-947-6875

media.medias@fintrac-canafe.gc.ca

Twitter : @CANAFE_Canada

Date de modification :